Le Père Noël n’est pas une ordure.

Je n’ai pas une seule photo de Jules et Ugo sur les genoux du Père Noël.
La faute à qui ? Hein ? La faute au Père Noël bien entendu.
Oui c’est sa faute. Il terrorise tous les petits (ou presque) ce gros bonhomme.
On le voit bien, chaque année ils sont nombreux à hurler et pleurer. A croire qu’ils ont un monstre en face d’eux.
C’est assez violent pour un petit bout d’être parachuté dans les bras d’un inconnu, avec sa grosse voix, son gros bide, et qui bien souvent pue du bec. Etre forcé par ses propres parents parfois en douceur, mais parfois en se faisant gueuler dessus.

 » Mais arrête de pleurer! »- « T’as pas honte? » – » Et bien t’auras pas d’cadeaux! »…

Qu’ils sont maladroits ces parents. Tout ça pour La photo souvenir qu’ils vont payer un bras. Ça sent le vécu hein ? Bingo je l’ai vécu.
J’ai un an maxi. Nous sommes dans les années 70. C’est l’arbre de Noël du CE. Il y a un beau sapin garni de faux cadeaux, des chants de Noël, un chocolat chaud servi aux enfants. C’est l’époque de la distribution de brioche et d’orange. J’ai connu l’orange en guise de cadeau de Noël, quand elle avait encore le statut de fruit exotique, donc rare et cher. Le coup d’vieux!

Revenons à notre Père Noël entouré de faux cadeaux attendant les enfants qui patientaient dans la file d’attente.
Pour l’instant tout va bien quand tout à coup je me retrouve sur les genoux d’un… poivrot (vu son pif vinassé aucun doute, ce Père Noël a été recruté dans un bar). Je suis pétrifiée. Je ne comprends pas pourquoi ce type me parle, me demande si j’ai été sage, si je veux un bonbon. Il ne m’inspire pas confiance le mec.

Puis ! oh non! Mon dieu ! Pas ça ! Pas le bisou !

En face de nous, le photographe qui doit être en saturation avec tous ces mômes qui braillent et moi qui n’arrive pas à prendre la pose. On m’appelle, on me fait des signes et des grimaces d’une niaiserie insupportable pour que mon regard se tourne vers l’objectif. C’est que je ne suis pas en état de lui faire un « cheese » au photographe. Plutôt en état de choc. Je suis pétrifiée face à cet inconnu que je ne lâche pas du regard.

Instinct de survie du tout petit.
Règle n°1:  Ne surtout pas perdre de vue le monstre. Toujours avoir un visuel.
Règle n°2: Hurler fort, très fort comme seuls les petits savent le faire.

En réalité je n’ai aucun souvenir de ce moment, mais ma grand-mère (qui m’a élevée) m’en parlait souvent . Elle me raconte à quel point j’étais terrorisée devant ce Papa Noël, ce bonhomme, ou plutôt cette « chose ». C’est elle aussi qui m’a dit que c’était un pauvre gars, un peu sdf recruté dans la rue pour faire le Père Noël et on l’espère gagner un peu d’argent. Et elle me raconte tout ça en rigolant la grand-mère. On voit bien que ce n’était pas elle que l’on a installée sur les genoux du bonhomme. C’est vrai finalement, vous les parents, allez grimpez sur les genoux d’un inconnu, faites le bisou, prenez un bonbon, souriez pour la photo souvenir….allez y qu’on rigole .
Je disais donc n’avoir aucun souvenir de ce moment pénible. C’est bien connu, les traumatismes, sont généralement enfouis au plus profond de son « petit moi » lorsque l’on est enfant.

Et chaque année, on remet ça: Père Noël, bonbons, bisous, t’as été sage ?… En grandissant on a moins la terreur dans les yeux mais en ce qui me concerne, on pourrait quand même s’en passer.

Ugo et Jules contrairement à moi y ont cru au Père Noël. Forcément avec toute la mise en scène qu’il leur a été préparée chaque année.
Ils y ont cru dur comme fer, surtout Jules mais pas au point de monter sur les genoux d’un inconnu. N’y même de l’approcher. Toujours de loin, pas trop de familiarités, et surtout restons prudents.

Il nous a saoulé le Père Noël. Viré !
Père Noël.  T’es viré.

Nous ne les avons jamais forcés, ni même jamais insisté. Ils ont des bons souvenirs de ces réveillons à guetter le Père Noël dans le ciel. A lui préparer de quoi se ravitailler et reprendre des forces pour continuer son périple.
En revanche c’est parfois dur ! Très dur pour toi parent ! Quand ton bambin a décidé de faire une nuit blanche, espérant le rencontrer ou le voir passer dans le ciel. Tu es un peu dans l’embarras pour ressortir discrètement les cadeaux cachés.
Et là qui s’endort le premier ? Quand les petits monstres dorment enfin et que tu ne sais plus où tu as caché les cadeaux, tu as l’air malin. Quand après avoir copieusement réveillonné tu es réveillé à 4h du mat’ par tes gosses qui n’en peuvent plus et veulent voir si ce satané Santa est passé, s’il a bien bu le vin chaud laissé la veille enfin que les parents ont bu, et si les cadeaux sont bien là, c’est dur. Très dur.

Noël 2007
Debout Ugo, le Père Noël est passé.
Noël
Jules pète le feu, le Père Noël est passé.
Jules Noël.
Euh, elle a une drôle de forme l’orange. 
Noël
Heureux  Julo!
Noël
Malheureux Jmarc.

Le Père Noël on l’aime finalement. D’ailleurs tout le monde veut lui ressembler.

Dark Noël.
Dark Noël.
Père Ugo Noël.
Père Noël peint.
Père Noël écoute de la musique.
Père Noël écoute de la musique.
Ugo
Père Noël va à l’école
Ugo
Père Noël est fatigué.
Père Noël pète un plomb.
Père Noël pète un plomb.

Ensuite viennent les rumeurs. Elles sont sans pitié les rumeurs surtout quand elles viennent de l’école.
Alors ? Il existe ou pas ? Jules y a cru longtemps, très longtemps. Trop longtemps.
Même quand vers 10 ans il commençait à se faire une raison il voulait y croire encore. Compliqué tout ça. Tout est remis en question. Parfois tout s’effondre. Ça veut dire que les parents ont menti. Mais alors comment leur faire confiance à présent à ces parents qui nous ont obligés à prendre la pose avec ce barbu qui fait trop peur et qui sent mauvais de la bouche ?
Et toutes ces lettres écrites avec intérêt amour ? Et ces jus de fruits, ces Kinder Bueno et ce vin chaud ? Les verres étaient pourtant bien vides au petit matin. Nos parents en plus d’être des menteurs seraient des poivrots?
La chose se complique lorsque le grand-frère qui lui n’y croit plus depuis longtemps te réveille le matin de Noël, écroulé de rire en t’annonçant une bonne et une mauvaise nouvelle.
La bonne: Il y a les cadeaux sous le sapin. La mauvaise: Le Père Noël est mort. Encore une fois, quelle violence.

Finalement cette histoire de Père-Noël ne serait que souffrance et traumatisme ? Meuh non même pas, ça reste une belle histoire. Je ne regrette pas d’avoir « arnaqué » mes enfants avec tout ça. C’est juste la carte bleue qui en prend un coup. Joyeux Noël à tous et regardez bien dans le ciel, on ne sait jamais…

 

12 réflexions sur “Le Père Noël n’est pas une ordure.

  1. Hahaha la scène de la photo je crois revivre celle avec mon neveu, motivé comme jamais à faire la photo avec le Père Noël. On voyait son visage se crisper dans les bras de ma sœur au fur et à mesure que la queue avançait. La photo fut quand même faite (et achetée). Qu’elle est belle la glotte de mon neveu !

    Aimé par 1 personne

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s