Musée de la préfecture de police.

Interro écrite! Quel est le point commun entre Joséphine de Beauharnais, Landru, l’affaire du Collier et Ravalliac?
Argumentez votre réponse. Vous avez 1h ! Allez je vous la donne la réponse. Chacun d’eux a sa place au musée de la Préfecture de Police à Paris.
Ce musée se trouve au dessus du commissariat du 5ème arrondissement. Il nous raconte l’histoire de la police depuis le Moyen Age en passant par la période sombre de la Révolution et la toute aussi sombre période de la seconde guerre mondiale. C’est plutôt sympa d’emmener ses gosses au poste hein ? Les miens ont déjà programmé leur future carrière. Ils veulent être juges ! Enfin Julo hésite encore entre Juge d’instruction, CRS, ou flic…Je me suis dit que ce musée pouvait intéresser les magistrats en herbe. Mais que les mômes rêvent de devenir juge,  star de ciné, boulanger ou architecte ce lieu leur plaît beaucoup.

Au poste!

Musée de la Prefecture
©Sabrina Penniello.

Il faut donc passer par le commissariat. On est reçu très gentiment par un monsieur à l’accueil qui nous indique les vestiairesEt là je décerne la palme d’or de l’accueil à la femme de ménage qui nous aide à installer nos manteaux, nous montre les toilettes( au cas ou) tout en nous souhaitant une bonne visite. Et elle papote et papote et re papote. Visiblement la dame avait besoin parler.
Les vestiaires nous font déjà  penser à un mini musée.

Les vestiaires.

Musée de la préfecture
©Sabrina Penniello.

Ce musée a été voulu  en 1909 par Louis Lépine…. Première question de Monsieur l’juge (Jules).

– C’est qui Louis Lépine ? 
– Un préfet Monsieur le juge. 

Ce musée s’articule autour des trois grandes périodes de la police parisienne, de 1667 à 1945. L’ancien régime, la période de la Révolution et de 1800 à nos jours.
Manuscrits, portraits, objets, et photos parlent et nous racontent ces histoires de crimes, d’enquêtes et de faits divers devenus célèbres voir légendaires pour certains. On apprend l’évolution de la police. Petite note prise au musée :

« Sur les instances de Colbert, et en raison de l’insécurité qui régnait à Paris, Louis XIV crée en 1667, par dédoublement des fonctions du Lieutenant civil, la charge de Lieutenant de Police. Celui-ci va devenir en 1669, Lieutenant Général de Police. Il était chargé de la santé publique, de la surveillance des marchés et des tavernes, de l’application de la réglementation sur les marchandises, du contrôle des poids et mesures, de la poursuite des écrits clandestins et de la chasse à la mendicité. Il jugeait certains flagrants délits et était pratiquement l’intendant des ministres. »

Gabriel Nicolas de la Reynie est le premier lieutenant de police. Ses grandes fonctions sont la tranquillité et la sécurité dans les rues de la capitale. Ça en fait du taf hein ? Des années plus tard en 1800 est « née » la Préfecture de Police.

Musée de la ¨Prefecture de police.
©Sabrina Penniello.

On y a trouvé le Registre d’écrou de Ravaillac datant de 1610.  Pour Jules qui est fasciné par l’histoire d’Henri IV et surtout de son assassinat c’était un grand moment même si on a rien réussi à décoder lire.

Musée de la Prefecture de police. Paris pour les Enfants (6)
©Sabrina Penniello.

C’est sous la Terreur que la première carte d’identité voit le jour. Son nom à l’époque «La carte de sûreté ».

Musée de la Prefecture
©Sabrina Penniello.

 On a fait connaissance avec un affreux barbu, Landru. En voyant son portrait on a forcément une pensée pour ses victimes. Ces femmes devaient vraiment être désespérées pour en arriver à accepter un rencard avec ce type.

Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (17)
©Sabrina Penniello.

Bonnot ! Tout le monde connaît bien l’expression «  La bande à Bonnot » et nous voilà devant son portrait. Ça nous a donné envie de «creuser » un peu le personnage. Bonnot avant d’être le chef des truands était très bon mécanicien, qui réparait les voitures. Pour ses méfaits il utilisait les véhicules dont il connaissait très bien la mécanique, alors que les policiers étaient encore à cheval ou en vélo. Il leur filait entre les doigts.
Rhoo la loose! Le braquage de la Société Générale fut le premier réalisé en voiture. Il parait même que lors de son séjour à Londres il aurait été le chauffeur de Sir Arthur Conan Doyle. Alors là, dame Ginette n’en revient pas.

Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (19)
©Sabrina Penniello.

Revenons au musée. «La Cour des Miracles », elle a vraiment existé elle était même située près de notre école. En réalité il y en avaient plusieurs.
La reconstitution de l’atelier d’Alphonse Bertillon nous a bien intéressé.
Bertillon était criminologue, il a créé en 1870 son laboratoire dont la fonction est l’identification criminelle. Il invente l’anthropométrie judiciaire (technique d’identification à partir de photos face et profil et de mesures). Ce système appelé aussi « Bertillonnage » remplace le précédent qui a été interdit parce que barbare. Il consistait à marquer au fer rouge les criminels. « Monsieur le Juge, vos impressions? »
Ce musée est vraiment intéressant, il nous donne non seulement l’occasion de matérialiser certains faits divers légendaires comme l’affaire Ravaillac mais permet aussi aux enfants de voir le policier sous un autre angle.

Musée de la Prefecture de police.
©Sabrina Penniello
Musée de la ¨Prefecture de police.
©Sabrina Penniello.
Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (33)
©Sabrina Penniello.

Les policiers justement partagent avec beaucoup de plaisir l’histoire de leur profession surtout avec les enfants. On y découvre bien d’autres choses qui ont fait et font l’histoire de la police.

Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (31)
©Sabrina Penniello.
Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (29)
©Sabrina Penniello.
Musée de la ¨Prefecture de police. Paris pour les Enfants (32)
©Sabrina Penniello.

Ce n’est pas tout, ce musée est gratos.
Situé dans le quartier sympa de St Germain au 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève, Hôtel de Police du 5ème arrondissement. Tél. : 01 44 41 52 50.

Les p’tits gars de la RATP nous y emmènent
Méro ligne 10  Maubert Mutualité.
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h ; le samedi de 10h30 à 17h30.

 Vous n’êtes pas très loin des Arènes de Lutèce allez y faire un tour.
Publicités

Un commentaire

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s