Les indiens des plaines

Une très belle expo encore visible jusqu’au 20 juillet au Musée du quai Branly.Indiens des PlainesSont mis à l’honneur, les traditions, la culture et la créativité des indiens qu’ils soient semi-nomade ou sédentaires. L’art est le fil conducteur de cette exposition, mais aussi l’histoire de ce peuple des grande et vastes plaines. Cette région qui s’étend depuis les provinces canadiennes jusqu’au Texas et du bassin du Mississippi jusqu’aux Montagnes Rocheuses.

Cette expo est notre coup de cœur du moment. Elle s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants. On apprend des tas de choses.

Cape d'apparat en peau peinte. Population Sioux début du 19ème.
Cape d’apparat en peau peinte. Population Sioux début du 19ème.

Les indiens des plaines.

Indiens des plaines

On a fait la connaissance de Sacagawea (femme/oiseau), qui a eu une existence exceptionnelle. ON a eu envie d’en savoir plus sur elle.

Indiens des plaines
Sacagawea. était une Amérindienne à la tribu des  Shoshones

Enlevée à l’âge de 11 ans par les Hidatsa(Gros Ventres ou Big Jelly), elle vit auprès d’eux quelques années comme esclave. Elle est ensuite gagnée à un jeu de hasard par Toussain Charbonneau, un trappeur canadien-français qui l’épouse. Elle a 16 ans et l’accompagne durant l’expédition de Lewis/Clark. Seule femme, de ce voyage elle se fait respecter pour ses qualités d’endurance et d’adaptation. Elle  en est même l’interprète. A cette occasion elle retrouve son peuple dont sont frère en est le chef. Son fils Jean-Baptiste voit le jour pendant le voyage. C’est William Clark qui assure l’éducation de l’enfant après la mort de sa mère. Cette femme est devenue un personnage mythique, inscrite au National Women’s Hall of Fame. Elle a inspiré de nombreux peintres, sculpteurs, musiciens et écrivains.

On a aimé cette expo parce que non seulement elle montre la culture, le talent de ce peuple mais dénonce aussi les clichés qui ont trop longtemps perduré. Principalement dans les westerns des années 20 à 50. John Ford et Cécil B. De Mille nous ont  présenté les indiens comme des sauvages sans pitié agresseurs de femmes et d’enfants blancs.Ce »peau rouge » sanguinaire qui cause tant de mal à cet innocent visage pâle.

Petite je n’ai jamais aimé ces films à la con. Et jamais je ne les ai montrés à mes enfants. Heureusement d’autres  films de qualité ceux là,  intelligents et sensibles comme « Little big man » ou « Danse avec les loups » existent.

Sitting Bull
Sitting Bull
Un guerrier Cheyenne résiste à deux" soldats-bison" vers 1874/1881
Un guerrier Cheyenne résiste à deux » soldats-bison » vers 1874/1881

Des écrans interactifs pour enfants sont installés en fin d’expo. Juste une chose m’a déçue, ce tipi version playmobil qui se trouve en fin de parcours. Un peu toc quand même. Mais on l’oublie vite. Tout cette exposition est de grande qualité. Très belle et enrichissante. Allez y, vos enfants vont adorer. En fin de visite se trouve la boutique avec de très beaux livres, des DVD et de belles cartes.Indiens des plaines

 

C’est jusqu’au 20 juillet au Musée du quai Branly. 222 rue de  l’Université Paris 07.  RER C Pont de l’Alma-M°9 Alma-Marceau.

 

Publicités

Une réflexion sur “Les indiens des plaines

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s