Brevet des collèges. Histoire des arts#2. Las Meninas de Velasquez et de Picasso.

Las Méninas par Vélasquez et Picasso.#1

Toujours dans le but de partager ses recherches, Ugo vous parle de l’un des sujets traités pour l’épreuve Histoire des Arts. Cette épreuve, consiste à faire des recherches, préparer un dossier complet et le présenter à l’oral. C’était l’année  dernière pour son Brevet des Collèges. Comme pour le premier sujet La vie des Français durant la première guerre mondiale à travers deux chansons populaire: La Madelon 1914 et la chanson de Craonne 1917. On ne fait pas de copier/coller compris ? On s’inspire.

Las Méninas par Diego VELASQUEZ  et Pablo PICASSO.Les MéninesSource photo: internet.

Las Meninas (Les Ménines ou la famille de Felipe IV)
Est une peinture de Diego VELASQUEZ, une huile sur toile de style baroque datant de 1656.
Elle mesure 318cm/276cm. Ce tableau a été commandé par le roi Felipe IV d’Espagne pour qui Diego VELASQUEZ fût le peintre officiel.Les meninesSource photo: Internet.
Cette oeuvre qui est la plus célèbre de VELASQUEZ est actuellement exposée au musée du Prado de Madrid.
Diego VESLASQUEZ  est un peintre espagnol né ou plutôt baptisé à Séville le 6 juin 1599 et mort à Madrid le 6 août 1660.Diego_Velasquez jeune Les Ménines.Source photo: Internet.
Peintre de style baroque, il est considéré comme l’un des principaux représentant de la peinture espagnole, mais également comme l’un des maîtres de la peinture universelle. Durant ses premières années il développe un style naturaliste à base de clair obscure.
A l’âge de 24 ans il devient le peintre officiel de Felipe IV. Quatre ans plus tard il devient peintre de chambre. Charge la plus importante confiée aux peintres de la cour.
Il réalise essentiellement des portraits du roi, de la famille royale et des « Grands d’Espagne ». Il peint également des toiles destinées à décorer les appartements royaux.
Comme surintendant des travaux royaux il acquit en Italie de nombres œuvres pour les collections royales(sculptures antiques et tableaux de maître). Son premier voyage dans ce pays eu une influence déterminante sur l’évolution de son style.

Le style de VESLASQUEZ se caractérise par une grande luminosité et des coups de pinceau rapides.
VELASQUEZ qui organise les déplacements du roi a acquis sa maturité artistique vers 32 ans.
Durant les dix dernières années de sa vie son style devint plus schématique, arrivant à une domination notable de la lumière. Il commença par le portrait du Pape Innocent X. C’est à cette période qu’il peint Las Méninas.

Chef d’oeuvre du siècle d’or espagnol représentant une scène d’intérieur dans une grande salle du palais de l’Alacazard à Madrid, dans la quelle se trouvent plusieurs personnages de la cour du roi Philippe IV d’Espagne.

La composition complexe et énigmatique de la toile interroge le lien entre réalité et illusion. Elle crée une relation incertaine entre celui qui regarde la toile et les personnages. Cette complexité a été la source de nombreuses analyses qui font de cette toile la plus commentée de l’histoire de la peinture occidentale.

Contexte historique.

Cette époque voit l’Espagne et l’Angleterre s’affronter(de 1654 à 1660). Un des événements notoires est la bataille de Cadix. A l’issu de laquelle l’Espagne perd plusieurs navires chargés de lingots d’argent dont la somme considérable s’élève à £2000.000.

Diego Vélasquez a peint ce tableau en 1656 sous le règne de Philippe IV dont il était le peintre officiel et favori. Le roi qui ne souhaitait pas que l’on réalise son portrait de lui à un âge vieillissant, accepta néanmoins pour Les Ménines. Ce qui prouve son attachement pour le peintre.
C’était un roi sensible aux arts. Il a soutenu le peintre durant toute sa carrière et l’a par ailleurs anoblie.
Diego Veslasquez devint également peintre de chambre, charge la plus importante des peintres de la cour. Il supervise la décoration intérieure du Palais et a la responsabilité de l’achat des tableaux pour le compte du roi. Son parcours est exceptionnel, alors même que les peintres espagnols du  XVIIeme siècle ne bénéficient pas d’un statut social élevé. La peinture n’était pas considérée comme un art. En effet le travail d’un peintre correspondait à une fonction de servitude.

Felipe IV dit Le Grand ou le Roi-Planète, roi des Espagnes et des Indes est un des plus grands mécènes et collectionneurs de son temps. Il porta également les titres de roi des Deux-Siciles, roi du Portugal et souverain des Pays-Bas.

Sur la version d’origine, le tableau se nommait « Portrait de famille ». L’infante est à cette époque la seule enfant du couple royal et de ce fait la seule héritière.
Des analyses ont permis de découvrir que le peintre ne figurait pas sur cette première version. A la place se trouvait un rideau rouge derrière lequel un jeune garçon tendait à la fille du roi le Bâton de commandement.

A cette époque, l’Infante Marguerite-Thérèse en tant qu’héritière représentait l’avenir du royaume. Ce fut qu’après la réalisation de la 1ere version que le roi eut un fils. Le rideau rouge est donc remplacé par Vélasquez lui-même en train de peindre. Ce qui produit cet effet de mise en abyme.Diego Vélasquez Les MéninesSource photo: Internet.

Analyse de l’oeuvre. 1

Une scène familiale.

Les personnages.
Cette scène est très vivante,chaque personnage est en action.
Les personnages représentés sont:
Diego Vélasquez lui-même en train de peindre,
Le chambellan José Nieto intendant de la reine,
Le roi et la reine(Felipe IV et Mariana) dont le reflet est visible sur le miroir du fond.
Leur fille l’Infante Marguerite-Thérèse.
Ses demoiselles de compagnie Dona Isabela Velasco et Agustina Saramiento de Sotomayor Les Ménines nom donné au tableau.
La naine Maria Barbola ainsi que l’enfant Nicolas PertusatoUne religieuse et un homme.
La place des personnages et leurs regards.
Cette dimension des regards est très importante. Elle donne tout sons sens au tableau. Qui regarde qui ?
Diego Velasquez 
et Maria Barbola regardent tous deux dans notre direction. Ils regardent donc les souverains, ce qui nous donne l’impression d’être à leur place. José Nieto semble surveiller la pièce. L’infante regarde également dans notre direction.
Les plans.
Au premier plan, un chien est présent, taquiné par Nicolas Pertusato. Au second se tient la naine de la cour ainsi que les trois personnages principaux: l’Infante Marguerite et ses deux Ménines.
Au troisième plan se trouvent le peintre ainsi que la religieuse. Au dernier plan on peut apercevoir le reflet du roi, de sa femme et la silhouette de José Nieto. On peut noter que chaque plan  comprend deux tableaux accrochés au mur.
La lumière.
La  scène semble baigner dans la lumière qui provient de la droite par deux fenêtres. Elle éclaire les cheveux de la naine mais plus particulièrement l’Infante et ses Ménines. Ce qui les rend plus importantes.
Les cheveux de l’Infante sont également mis en valeur par cette lumière qui atteint la main et le pinceau du peintre. Créant un contraste avec ses cheveux et son visage sombres.
La mise en abyme.
Par le jeu de miroir, le couple royal semble être placé hors de la peinture, à l’endroit même où nous sommes nous même placés.
VESLASQUEZ s’est inspiré d’une autre toile très célèbre Les Epoux Arnolfini de Jan Van EYCK qu’il connaissait bien. Ce tableau était exposé au palais.

ANALYSE DE L’OEUVRE.2

L’éducation d’une princesse du 17ème siècle à la Cour d’Espagne.
L’attitude de l’Infante est strictement dictée par l’étiquette. Même à 5 ans, elle ne peut pas se comporter comme n’importe quel autre enfant de son âge. Elle se doit de toujours garder une retenue. Elle ne regarde ni le pichet qu’on lui tend ni les Ménines. La transmission des plats est géré par codification, c’est le protocole. Les Ménines. Infanta Margarita frames543Source photo: Internet.
La place d’un peintre du 17ème siècle à la Cour d’Espagne.
VELASQUEZ avait conscience que sa « noblesse » était fondée sur celle de son oeuvre à défaut de l’être sur ses origines. Il se représente en train de peindre son propre tableau affirmant et revendiquant ainsi la suprématie de l’art de la peinture jusqu’ici considérée comme une activité de servitude.Les Ménines.autoportrait (1) de VelasquezSource photo: Internet.
L’influence du roi.
A la mort du peintre le souverain espagnol écrira « Je suis brisé » en marge d’un document rédigé pour le choix d’un successeur. VELASQUEZ est irremplaçable. Avec ces trois mots, tout est exprimé. Nous connaissons Felipe IV mécène et protecteur des arts. Mais son attachement pour le peintre ne se résume pas à cela. Il lui vouait une réelle affection.Felipe_IV.Museo_del_PradoSource photo: Internet.

LES MYSTÈRES QUI ENTOURENT L’OEUVRE.

Il existe encore aujourd’hui de nombreuses analyses et d’opinions différentes à propos de ce tableau.
Quel était le message de VELASQUEZ? Qu’a t’il voulu nous dire ? S’est-il limité à la réalisation d’un simple portrait de famille? Affiche t’il plutôt ses revendications en « s’invitant » sur la toile? Pourquoi cette mise en valeur de l’Infante? La réponse est elle dans le jeu des regards ou de la lumière? Qu’elle était la demande du roi lorsqu’il a commandé cette peinture? Un tableau privé ou officiel?
Selon l’historien Daniel Arasse  » Le temps n’épuise pas les Ménines, il les enrichit ».

INTERPRETATION.

VELASQUEZ nous fait l’éloge de la mise en scène. Les personnages sont alignés, comme exposés. Chacun d’eux occupent une place bien précise en fonction de son rang.
Tout en gardant sa fonction de peintre VELASQUEZ  se place parmi les membres de la famille royale.
La croix qu’il porte est « La Croix de l’ordre de Santiago » elle rappelle sa position acquise dans le monde de la noblesse et aux yeux du souverain.
Toute la lumière se déverse sur l’Infante comme si cette dernière l’attirait à elle. Cette petite fille qui est la seule enfant du couple lors de la première version des Ménines représente la succession, l’avenir de la famille royale.
Un an plus tard vient au monde son frère Prospéro. En tant que garçon il est donc le seul hériter de la couronne.

En contemplant cette peinture nous sommes spectateurs non pas de la toile mais de la scène. Après toutes ces interprétations, interrogations, réflexions et analyses trois cent cinquante années plus tard le Ménines fascinent toujours. Ce tableau a influencé d’autres grands peintres.

Pablo PICASSO a réalisé pas moins de 58 toiles différentes des « Ménines ».

D’autres ŒUVRES de Velázquez.

Le prince Prospère.Prince_Philip_Prospero_by_Diego_Velázquez.Source photo: Internet.
La Cène d’Emmaüs.La_cena_de_Emaús,_by_Diego_VelázquezSource photo: Internet.
Dans une deuxième partie, Ugo parlera des Ménines de Picasso.

Publicités

22 réflexions sur “Brevet des collèges. Histoire des arts#2. Las Meninas de Velasquez et de Picasso.

  1. Il y a une faute de frappe juste avant la première photo : « d’Espagne pour qui Diege VELASQUEZ fut le peintre officiel. » On a remplacé le O de Diego par un E …

    J'aime

  2. Salut ce website ma bcp aider pour mon HDA merci mais je pense qu’İl ya bcp d’erreurs ! Vous avez fait pleins de lignes pour le biographie et contexte historique , c’est suffisant une breve resumer comment vous pensez qu’on va avoir le temps de presenter tout cela en 5 min ? Pour le bio et contexte vous deviez faire un breve resumer et pour l’analyse vous deviez detaillé mais vous avez fait le contraire . Et vous avez fait qquue erreurs importantes il ya pas que 3 plans il ya au total 7 plans et la lumiere vous pensez que c’est suffisant ? La lumiere et le detail le plus importante c’est la lumiere qui rend ce tableau mysterieux vous pourriez ecrire les sources primaires etc.. et la lumiere ne vient pas que des fenetres !Mais merci quand meme .

    J'aime

    1. Salut Lola,
      Je vois que malgré toutes ces erreurs, cette analyse t’a été utile. Ouf! Tant mieux. Pour répondre à tes remarques. Saches dans un premier temps que ce travail a été réalisé par mon fils alors élève de 3ème puisqu’il passait son brevet. En le partageant ici sur mon blog il n’y jamais été question de dire ou de faire croire que ce travail est parfait. C’est juste le boulot d’un élève de 14 ans qui a tenté de faire au mieux. Je précise bien au début que nous le partageons dans le but d’inspirer les futurs candidats.
      Le sujet ne portait pas uniquement sur les Ménines mais sur la réalisation de ce tableau à travers les deux peintres Vélasquez et Picasso et les comparer ( un autre article sur l’interprétation de Pablo est également sur le blog).
      Il est vrai que Ugo a bien détaillé le contexte historique mais cela était selon nous indispensable à la réalisation d’un bon dossier, il n’a pas tout déballé à l’oral.
      Enfin pour ce qui est des plans, je pense que interprétation est ou peut être personnelle. Libre à toi d’en travailler 7 c’est vrai que c’est du coup une analyse bien plus complète, plus détaillée.
      Et pour terminer oui tu as raison il y a aussi une source lumineuse provenant de la porte. Mais tu es d’accord pour reconnaître que c’est la lumière de la fenêtre qui éclaire l’Infante?
      Merci pour ton commentaire c’est toujours très enrichissant de débattre. J’espère que tu as (ou auras) une bonne note.
      Bon courage et bonne chance à toi pour les épreuves à venir. Reviens nous dire comment ça s’est passé.
      Dernière chose si tu as l’occasion un jour d’aller visiter le musée du Prado, fais le. Il est superbe et tu pourras y admirer les Menines en vrai. J’ai eu le coup de foudre.

      J'aime

    1. Bonjour à toi aussi Anonyme…
      Felipe Domingo Víctor de la Cruz. Felipe en espagnol et Philippe en français non? (ok une vielle tradition veut que les Felipe d’Espagne s’écrivaient Philippe mais aujourd’hui on voit les deux orthographes comme il est écrit dans l’article.
      Au fait Philippe avec 2 P…

      Je te souhaite à mon tour une bonne journée.

      J'aime

  3. Merci, ça m’a beaucoup aidé pour mon HDA !! Je trouve ça juste un peu dommage de ne pas vraiment parler des lignes de construction/perspective du tableau… mais c’est pas grave, c’est quand même une super aide pour préparer mon dossier !!

    J'aime

    1. Contente que cela puisse d’aider. Cette analyse est personnelle et loin d’être parfaite mais on peut s’en inspirer.
      Merci pour ton commentaire constructif.
      Bon courage pour cette fin d’année et viens nous dire comment ça s’est passé pour toi.

      J'aime

  4. Bonsoir ! Une petite faute à signaler au début de la biographie de Velasquez : « à base de clair-obscur » et non de clair obscure ». J’ai passé mon HiDA il y a plusieurs années déjà, mais je prends toujours plaisir à lire ces « analyses ». Merci !

    J'aime

    1. Rhooo c’est nul hein. Je vais rectifier ça, merci pour ta remarque. Oui c’est sympa de lire les différentes analyses et enrichissant (enfin en ce qui me concerne) Merci à toi leaddt.

      J'aime

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s