Coluche l’expo.

Je ne savais pas trop ce qui nous attendait en allant à cette exposition consacrée à Coluche.
Je me demandait  comment la Mair(ie)e de Paris allait bien pouvoir nous parler de L’Histoire d’un Mec ? Y aura t’il des grossièretés, des vulgarités, du caca, des zizis, des poufs, des enfoirés de politicards, des enculés de toutes sortes… Parce que Coluche quoi !

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Cette expo trente ans après sa disparition allait elle nous sortir les violons, nous gaver d’émotions à deux balles à coup de restos du cœur* par exemple ?…
Parce que Coluche quoi.

Coluche indésirable pour beaucoup à une époque (dans le monde de la politique en particulier) est tout à coup devenu ce mec bien que beaucoup revendiquent avoir connu, aimé, mieux avoir fréquenté.

Pour tout dire j’étais un peu septique, comment la mairie de Paris allait s’en sortir? Et en même temps je ne voulais pas louper l’occasion de voir ce gros grand clown qui nous fait toujours rire.

Dès l’entrée,  j’ai envie de me marrer. Lire ses citations et l’entendre gueuler y a pas de toute il est là. Durant toute la visite on flotte entre nostalgie et franche rigolade. On a un peu accès à son intimité puisque beaucoup d’objets personnels sont exposés. Ce n’est pas la partie que j’ai préférée mais c’est assez intéressant. On y trouve également des objets cultes comme sa robe de mariée qu’il portait fièrement pour convoler en justes noces avec Le Luron (enfin pas si justes que ça les noces). Il y a aussi cette chaise sur  laquelle il était perché lorsqu’il s’est prêté au jeu de la vérité de Sabatier.

Les écrans qui ponctuent la visite nous replongent dans les années Coluche avec délice.

Mais pour commencer on est scotché ! Là devant nous sa moto avec laquelle il a remporté son fameux record du monde vitesse.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Comme je le disais il y a bien entendu des photos et des objets plus personnels. Sa carte d’identité, ou encore ces petits chaussons qu’il a lui même réalisé pour ses enfants.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Tiens le violon et les gants de boxe assortis.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Le coin projection est bondé et comme tout le monde nous nous sommes régalés. Parce que ces scènes avec Lavanant et Depardieu ou encore Michel Serault, on ne s’en lasse pas.

Tout le monde est là pour la même chose finalement retrouver un peu ce que l’on a vécu. Il y a ceux qui ont connu (fan ou pas) ils reconnaissent les sketchs,  se souviennent de ses passages à la télé, des coupures de journaux, certaines affiches de sa campagne présidentielle avec les soutiens de ses potes de l’époque, les dessins de la bande de Charlie ou Harakiri.
Les observations se font à haute voix et j’ai fait ma commère prêté l’oreille. C’est drôle comme les gens sont si sûrs d’eux.

Ce n’est pas un accident, bien sur qu’il a été assassiné…
Les Français auraient voté pour lui c’est certain…
Ah oui putain de camion!…
La vache il nous manque…

Il y a ceux qui n’ont pas connu le phénomène Coluche, comme ce petit garçon  venu avec son père. Je l’entends lui dire:

Oh ben c’est vraiment dommage qu’il soit mort…

Régulièrement on entend un cri enfin plutôt le Coluche gueuler. Ce qui met un bon coup pied au cul à l’envie de se sentir triste.

Le prolo vulgos et grossier est aussi et avant tout un grand poète, un artiste complet, un véritable comédien. On a envie de mettre le nez rouge mais encore faut il avoir son talent et son cran…

Certificat de bonne conduite à l’armée. Non mais là c’est un gag, encore un !

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Vive la mariée!

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

La plus belle pour aller danser.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Le jeu de la vérité.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Des faux airs à Desproges non ?

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Alors c’est ça un César ? Mouais bof.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Ma partie préférée.
Attention y a du  trash .Coluche quoi!

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Et de la tendresse bordel!

Complicité avec Choron, Cavanna et Wolinski.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Soutient de Schmoll lors d’un concert à l’Olympia, mais aussi de Cabu et Wolinski et bien d’autres lors de sa campagne présidentielle.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Après avoir subi des pressions, Coluche est contraint de quitter la scène politique, mais comme toujours avec panache.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

C’est assez sympa de revoir ces vieux titres de journaux.

CO-LUCHE PRE-Si-DENT !

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello.
©Sabrina Penniello.

Expo gratuite, accessible du lundi au samedi de 10h30 à 18h3àjusqu’au 07 janvier 2017.

 

*Fuck les restos du cœur!
S’il voyait ce qu’il en est aujourd’hui des restos du cœur, Coluche s’en retournerait dans sa tombe. La méga honte!!!

Mon humble avis dur l’expo Coluche à l’Hôtel de ville de Paris?
J’ai beaucoup aimé et j’y retournerai.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

 

 

 

 

Publicités

4 commentaires

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s