Chaque édifice a son histoire, souvent belle parfois sanglante. On passe pourtant devant certains lieux sans imaginer tout ce qu’ils ont à nous raconter.
Tiens la tour Saint-Jacques, elle en a vu des choses. Cette tour isolée de style Gothique flamboyant est plantée dans ce qui est le plus vieux square de Paris. Le square de la Tour Saint-Jacques. On peut la visiter et grimper tout là-haut mais uniquement à de (trop) rares occasions et sur réservation.

Ici se trouvait l’église Saint-Jacques-de-la-boucherie* dédiée à l’apôtre Jacques le Majeur dit Saint-Jacques. Construite au XVIème siècle et détruite à la Révolution.
La tour Saint-Jacques que l’on voit aujourd’hui est en fait le clocher de l’église et donc son dernier vestige. Cette église aurait été un point de ralliement pour le départ d’un fameux pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle.  Elle a été en son temps le monument le plus haut de Paris.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

Blaise Pascal y a effectué ses expériences scientifiques sur la pesanteur. Une statue lui rendant hommage se trouve nichée sous la tour.

©Sabrina Penniello

Je ne rêve pas, il me fixe là Blaise. J’aime pas ça…

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello.

Nicolas Flamel le grand Nicolas à quant à lui été enterré ici à l’époque de l’église Saint-Jacques-la-Boucherie.

Comme je le dis plus haut ce qui reste de l’église après sa destruction est cette grande tour isolée. Elle a été rachetée par un industriel en 1824 qui a transformé la Tour Saint-Jacques en tour à plomb. Du haut du clocher, le monsieur balançait ses petites gouttes de plomb qui refroidissaient une fois en bas et été ainsi transformées en petites billes. (petite je faisais la même chose avec des glaçons depuis ma fenêtre).

Après quelques années de travaux de restauration elle est là d’une blancheur immaculée, fière et belle.

©Sabrina Penniello
©Sabrina Penniello

 

La Tour vue de la rue des Lombards.

©Sabrina Penniello

Saint Jacques le Majeur domine.

©Sabrina Penniello

Aux angles de la tour, les symboles sculptés des représentations des évangélistes (le lion, le taureau, l’aigle et l’homme).

©Sabrina Penniello

*Saint-Jacques de la boucherie parce que près de cette église se trouvait la corporation des bouchers parisiens. Par ailleurs l’ancienne chapelle était le lieu de culte des commerçants du quartier.

Nous sommes ici dans un quartier très fréquenté. A deux pas du BHV, de l’Hotel de Ville, à mis chemin entre le Marais et les Halles. Vous êtes rue de Rivoli, pensez à aller au 59 de la rue faire la bise aux artistes chez Robert. 

Publicités