Chez Gainsbourg 5 bis rue de Verneuil

A l’occasion de ce nouveau rendez-vous pour le collectif #EnFranceAussi nous retrouvons Paule-Elise & Hélène de 1916 kilomètres qui prennent les commandes de ce joli mois de mai avec pour thème

Maison d’artistes

.

Sera t’elle ouverte au public un jour? Oui? Non ? Quand ? Entre info et intox le doute plane. En 2011, Charlotte Gainsbourg souhaitait déjà faire de son ancien domicile un musée mais le projet s’était révélé trop coûteux. C’était aussi sans compter sur les riverains qui craignent de voir leur environnement envahi et leur tranquillité perturbée.

.

Pourtant le guide était déjà prévu en la personne de Jean-Pierre Prioul un ami proche de Serge Gainsbourg à qui l’artiste avait confié la gestion de son hôtel particulier de la rue de Verneuil. Début juillet, il explique à l’afp avoir eu « la chance de connaître Serge et d’avoir plein d’anecdotes et de choses à raconter ». Il poursuit: « À l’intérieur, rien n’a bougé. Les murs son toujours peints en noir. C’est plein de bibelots de l’époque. Il y a même encore des mégots dans les cendriers ». [info datant de 2011: l’Express]

Les infos qui circulent à propos d’un éventuel musée dans la maison de Gainsbourg sont tellement folles et contradictoires qu’au jour d’aujourd’hui, nous ne savons rien. La seule approche est cette façade que ses fanatiques (Gainsbourg n’aimait pas le mot fan et lui préférait largement celui de fanatique) se sont tout naturellement appropriée déjà de son vivant. Ces œuvres amusaient beaucoup l’artiste.

5 bis rue de Verneuil

La façade peut bien être repeinte et les graffitis effacés, rien ne décourage les street artistes d’un jour. Comme en témoignent toutes ces créations plus ou moins éphémères et pour certaines très poétiques, l’imagination ne manque pas. Le contraste entre le bordel sur les murs et le calme de la rue est surprenant. Cette adresse est devenue un lieu de pèlerinage. Les amoureux de Gainsbourg viennent lui rendre hommage, et les curieux de passage dans ce quartier de Saint-Germain-des Prés viennent faire des photos ou comme moi tentent de regarder à l’intérieur.

.
.
.
.

On tente de regarder à l’intérieur, mais tout est à l’abri des voyeurs regards indiscrets.

.
.
.
.
.
.
.
.
Une fresque qui change régulièrement, telle une expo temporaire.
.
.
.
.
.
.
.
.

Vous avez connu l’histoire
De Gainsbourg
Comment il vécu
Comment il est mort
Ça vous a plus hein
Vous en demandez encore
Et bien
Écoutez l’histoire
De Gainsbarre


Serge Gainsbourg a vécu dans cet hôtel particulier de 1969 jusqu’à sa mort en 1991. Pour avoir une idée de ce qu’était l’intérieur de cetteMaison d’artistes j’ai sélectionné des photos de Tony Frank exposées à La Galerie de l’Instant l’année dernière.
Serge Gainsbourg 5 bis rue de Verneuil

Serge Gainsbourg chez lui le 15 Avril 1982. « Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil » Tony Frank
« Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil » Tony Frank. Portrait grandeur nature de Bardot qu’il n’a jamais déplacé.
« Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil » Tony Frank. Sa collection d’insignes de Police et de menottes. Des pièces offertes par ses amis les flics du quartier.
« Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil » Tony Frank
Maison de Giansbourg OUI FMrock-cuistots_oui-fm-10_serge-gainsbourg-jane-birkin

Navrée de ne pas vous offrir une véritable visite guidée de cette illustre demeure. Pour la peine, je vous propose un petit tour des différents quartiers de Paris que Serge Gainsbourg a fréquentés et pour certains où il a vécu avant de s’installer rue de Verneuil.

Balade sur les pas de Gainsbourg

Serge Gainsbourg est né (avec sa sœur jumelle) le 2 avril 1928 à l’Hôtel Dieu, premier hôpital public de Paris. Si sa première adresse se situe au 35 rue de Chine, c’est au 11 bis rue Chaptal que raisonnent ses première notes de musique. Ses parents étaient passionnés d’art, son père pianiste. La seconde guerre mondiale n’épargne pas la famille Ginsburg qui doit porter l’étoile jaune et quitte Paris. A la fin du conflit, les Ginsburg retrouvent la capitale et s’installent au 55 avenue Bugeaud dans le XVIe arrondissement.

Gainsbourg, un gars du 9ème. 11 bis rue Chaptal

Un soir il doit remplacer son père au piano du cabaret Chez Madame Arthur. Il y deviendra le pianiste et chef d’orchestre. Encore aujourd’hui il est possible d’y passer de bonnes soirées en compagnie des travestis qui assurent le show avec de la variété françaises.

.
.

Revenons à Saint-Germain, rue de Verneuil, cette fois au numéro 33 chez Juliette Gréco. En 1962 près avoir passé la soirée chez elle à faire la fête, Serge Gainsbourg rentre chez lui et écrit. Le lendemain il retourne chez Juliette Gréco avec le texte de La Javanaise.

33 rue de Verneuil chez Juliette Gréco

Dernière demeure

Tout comme la façade de la rue de Verneuil, la tombe de Serge Gainsbourg au cimetière de Montparnasse n’offre jamais la même scène. En guise de clin d’œil à l’artiste on y trouve des offrandes aussi éphémères que les graffitis sur la façade de sa maison. Des poèmes, des choux, des paquets de Gitane, des tickets de métro ou encore des bouteilles de Whisky. Encore un joyeux bordel sous lequel sont inhumés Serge Gainsbourg et ses parents.

.
.

Comme annoncé plus haut, cet article participe au rendez-vous #EnFranceAussi. Sur une idée de Sylvie du blog Le coin du voyageur. Un rendez-vous tous les 1er du mois pour (re)découvrir la richesse et la beauté de notre pays.
Suivez le hashtag #EnFranceAussi et #MaisonDArtistes sur les réseaux sociaux, vous y trouverez des pépites.

Comme chaque fois Pauline nous a réalisé une jolie carte de France où sont répertoriés tous les articles du mois.

On se retrouve le mois prochain avec Solène pour fourrer notre nez Dans les Coulisses de…

Publicités

10 réflexions sur “Chez Gainsbourg 5 bis rue de Verneuil

  1. Petite confidence: Charlotte, c’est mon premier vrai contact avec la culture populaire française. Il y avait bien de la grande chanson française à la maison mais c’était surtout l’univers de ma mère. On a le même âge, j’ai vu L’Effrontée quand j’avais 12 ans et j’ai alors découvert la famille Gainsbourg (et le cinéma français du même coup)! Ton article a donc une forte résonance pour moi!

    J'aime

  2. Je m’y suis rendue il y a quelques années, les street arts ont encore changés ! Je suis contente de voir des photos de l’intérieur, je n’en avais jamais vu ! Sa tombe est comme celle de Jim Morrison au Père Lachaise, couverte « d’offrandes » ! 😀

    J'aime

Répondre à Paule-Elise Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s