La Passe imaginaire

La Passe imaginaire, oeuvre maîtresse de Grisélidis Réal, écrivaine, peintre et prostituée suisse (1929-2005), est le fruit d’une correspondance entretenue de l’été 1980 à l’hiver 1991 avec Jean-Luc Hennig.
Écrivaine flamboyante à l’écriture large et puissante, lyrique et crue, femme libre et engagée, enragée et humaniste, elle fut à la tête de tous les combats et des mouvements de prostituées des années 1970.
Car, pour elle, « la prostitution est un art, un humanisme et un acte révolutionnaire ».

J’ai eu l’occasion de rencontrer Etcha Dvornik une première fois au théâtre La Croisée des chemins. Elle y présentait, sa pièce, son travail, et ce personnage aussi intrigant qu’émouvant Grisélidis Réal. Je dois dire que sa pièce m’a interpellée même si malheureusement je n’ai pas réussi à trouver le temps d’aller la voir.  Le hasard a voulu que je la rencontre une seconde fois au Théo théâtre où elles nous parlé de ce personnage qu’elle incarne en ce moment à La Comédie Saint-Michel ….Hors de question pour moi de manquer une seconde fois l’occasion de la voir.

La Passe imaginaire

Les mots puissants d’une écorchée vive

C’est violent, sensible, cru, déchirant et si vrai. Mère de 4 enfants Grisélidis Réal se prostitue au départ par survie puis par militantisme. Celle qui deviendra dans les années 70 activiste et meneuse de la Révolution des prostituée à Paris. Elle revendique sa condition comme un choix, une profession à part entière. Insistant pour que sur ses documents officiels figurent à coté de la fonction écrivain celle de prostituée. Grisélidis Réal est également membre fondatrice de l’association de défense des prostituées Aspasie.
Celle dont les revendications ont toujours mis en avant l’utilité de la prostitution, sa place dans l’humanité, ainsi que son rôle à part entière pour apaiser les détresses de chacun n’a jamais caché la face sombre et douloureuse de son métier.

Mise en scène et interprétation audacieuse

Etchka Dvornik danseuse et chorégraphe, interprète à merveille et avec beaucoup de justesse le texte de Grisélidis Réal. Sa mise en scène mêle danse, chorégraphie et voix. Le contraste entre le vécu sombre et chaotique de Grisélidis Réal est ainsi relaté par les mouvements gracieux de l’artiste. Une prestation sublimée par sa voix qui navigue entre sensualité et violence. J’ai été frappée par cette lucidité qui émane du texte mais aussi et surtout pas la prestance d’Etchka Dvornik. Elle raconte avec des gestes précis et des mouvements contrôlés le quotidien sordide de la prostitution, cette spirale infernale, sans tabou ni retenue et toujours à fleur de peau. Un hommage poignant à voir!

En phase terminale d’un cancer, Grisélidis Réal décède en 2005 d’un cancer. Depuis 2009 elle repose au cimetière des Rois à Genève. Sur sa tombe est gravée le mot « prostituée ».

 

La Passe imaginaire
A la Comédie Saint-Michel
les jeudis à 21h30
Auteur : Grisélidis Réal
Artiste : Etcha Dvornik
Metteur en scène : Etcha Dvornik

Merci à Dominique Lhotte.

 

Publicités

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s