Des souris et des hommes au Lucernaire

Une histoire d’amitié bouleversante dans l’Amérique des années trente rongée par la crise !

Californie, milieu des années trente. Comme des milliers de travailleurs ballottés par la crise économique, deux amis, Georges et Lennie, sont réduits à mener une vie d’errance, louant leurs bras d’une exploitation agricole à l’autre. Ils n’ont qu’un rêve : posséder un jour leur propre ferme, y vivre « comme des rentiers », y élever des lapins et être libres.

Cette histoire mondialement connue tirée du magnifique roman de John Steinbeck est ici superbement mise en scène et interprétée. Que l’on connaisse ou pas cette histoire aussi belle que cruelle il faut la voir prendre vie sur les planches du Lucernaire. C’est un grand moment.

Des souris et des hommes

Ce n’est pas la première fois que ce grand classique de la littéraire américaine est interprété. Mais alors quelle interprétation!

Le comédien Thierry Bilisko est à lui seul les sept personnages de l’histoire. C’est osé, courageux, voire même un peu fou, mais surtout très réussi. Cette pièce nous offre des moments d’intense émotion. Un seul en scène qui donne vie à tous ces personnages avec tant de talent va vous émerveiller et vous émouvoir. Un immense bravo et respect à Thierry Bilisko pour sa performance hors du commun. Il passe avec une telle aisance de l’interprétation de Lennie ce colosse attardé, naïf, dangereux et si attachant à celle de George épuisé par cette vie d’errance et de sacrifices.  Il interprète également ces autres personnages aussi paumés que peut l’être ce duo improbable en quête d’une vie meilleure avec de justesses. L’artiste jongle d’un personnage à l’autre sans temps mort.

.

Son jeu de scène est accompagnée durant le spectacle de cette douce musique qui nous berce et nous rappelle à chaque instant cette solitude pesante qui est la trame de cette histoire. Bravo à Rizbo!
La femme de Curley, celle par qui les ennuis arrivent est interprétée par Carole Bordes. Tout en mouvements, ces gestes de déhanchements aussi gracieux que provoquants viennent perturber ce petit monde. Sa prestation de danseuse vient ponctuer le récit et apporte cette touche de charme et de sensualité qui annoncent le drame.

.

Si j’ai une petite (toute petite) remarque à faire c’est dans le choix du costume du comédien. Dommage qu’il ne portait pas un Jean ou un bleu de travail. Ok je chipote.

C’est néanmoins une très belle pièce à voir jusqu’au 15 mars 2020.

Des Souris et des hommes

.

de John Steinbeck
mise en scène Jean-Christophe Pagès
avec Thierry Bilisko, Carole Bordes, Laure Desplan, Rizbo
création musicale Ericnenmo
et la voix de Xavier Lacouture

Merci à Guillaume de l'agence Coupe fil communication pour cette pépite.

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s