Sainte-Genevieve patronne de Paris

Janvier se pare de bleu avec le collectif  En France Aussi. Tel est le souhait d’Ursula du blog Avenue Reine Mathilde. Je rappelle que nous devons ce rendez-vous mensuel à Sylvie du blog Le coin des voyageurs qui après un tour du monde souhaitait mettre en avant ce superbe pays, la France. Ainsi est né #EnFranceAussi qui a désormais son propre webzine, et s’active quotidiennement sur les réseaux sociaux avec toujours et encore de beaux partages, de belles découvertes et un tas de copains.

Balade parisienne sur les pas de Sainte-Geneviève.

Pour ce thème « bleu » je vous propose une balade sur les pas de Sainte-Geneviève la patronne de Paris. Mais avant de partir en balade, revenons un peu plus en arrière sur l’histoire de notre bonne vielle capitale, plus précisément sur ses couleurs et ses symboles.

Fluctuat nec mergitur

Telle est la devise inscrite sur le blason de Paris. Devise qui a été largement reprise à la suite des attentats de 2015. Avant cette date personne ne l’évoquait vraiment mais depuis, cette devise est largement revendiquée. Et pour cause. Il est battu par les flots mais jamais ne sombre jamais. Cette devise fait référence au bateau qui lui-même fait référence à la corporation des Nautes de Lutèce qui étaient des mariniers et armateurs mais également des commerçants qui naviguaient sur la Seine. Ce qui nous intéresse à propos de ce blason ce sont ses couleurs hautement symboliques. Le rouge et le bleu sont depuis des siècles liées à Paris. Depuis le conflit qui opposait  Étienne Marcel, prévôt des marchands (le maire de l’époque) au futur Charles V. Le rouge du sang, de la Passion du Christ et des Martyrs. Le bleu (à l’origine la couleur royale) qui est associé à la Sainte Vierge. Paris a conservé ces couleurs pour les associer au martyr Saint-Denis pour le rouge et à Sainte-Geneviève sa sainte patronne pour le bleu. Je reconnais que mon interprétation du thème bleu est un peu tirée par les cheveux. Nous sommes plus dans la symbolique. Je tenterai néanmoins d’intégrer à cet article des photos avec un ciel joli ciel bleu.

Sainte-Geneviève qui es tu ?

Née à Nanterre en 420, morte en 502 ou 512 à Paris. Issue d’une famille aisée de l’aristocratie gallo-romaine, Geneviève est fille unique. Pieuse dès son plus jeune âge, elle se consacre à Dieu sans renoncer à son héritage. C’est ainsi que son père lui lègue la fonction de membre du conseil municipal. A l’âge de 27 ans, grâce à ses prières et à sa détermination elle sauve Lutèce de l’invasion des Huns. L’arrivée d’Attila et ses troupes à Paris est imminente. Tout le monde connait la réputation de celui que l’on nommait le fléau de Dieu: « Là où Attila a passé, l’herbe ne repousse plus. » Terrorisés à l’idée de voir ces guerriers envahir leur cité et accessoirement la réduire en cendres, les Parisiens n’envisageaient qu’une issue, la fuite. Forte de ses convictions et du soutien de dieu Geneviève quant à elle se mobilise pour éviter cet exode et tente de convaincre ses concitoyens de ne pas céder à la terreur en abandonnant leur cité et prier Dieu. Voyant les hommes se déballonner et surtout à se retourner contre elle (certains sont prêts à la lapider) Geneviève s’entoure de femmes qui l’accompagnent dans ses prières et dans son jeûne, elle aura ces paroles:

« Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications. »

Finalement Attila contourne Paris sans l’envahir et fait demi-tour. Néanmoins, il est dit que la jeune (et rusée) jeune femme aurait lancé la rumeur que Paris était infestée par le choléra. Voilà la raison pour laquelle Attila aurait évité la cité.

Toujours est-il, Geneviève a à plusieurs reprises protégé et défendu Paris des attaques, famines, destructions et autres calamités. En grande diplomate et fin stratège elle a négocié avec Childéric alors à la tête des Francs pour que ses troupes n’envahissent pas Paris en proie à une potentielle guerre civile.  En véritable guerrière elle réussi a passer les blocus pour ravitailler le peuple parisien lors du siège mené par le même Childéric. Enfin en grande négociatrice elle décide de s’allier à Clovis et lui offre Paris en échange de sa conversion au christianisme. La suite, tout le monde la connait, Clovis fraichement baptisé entre à Paris et en fait la capitale de son royaume constitué des peuples Francs et Gallo-Romains unifiés. C’est en toute légitimité que Geneviève  fut inhumée aux cotés de son roi dans une basilique construite au sommet de la montagne qui se nomme aujourd’hui montage Sainte-Geneviève. De cette basilique il ne reste que quelques bâtiments faisant aujourd’hui partie intégrante du prestigieux lycée Henri IV. Ses reliques soigneusement mises à l’abri à chaque invasions auraient poursuivi la mission protectrice de Geneviève.

Geneviève devenue Sainte-Geneviève est officiellement la protectrice et patronne de Paris. Partons en balade sur ses pas.

La Montagne Sainte-Geneviève

Situé dans le 5ème arrondissement, c’est tout un quartier qui porte le nom de la Sainte. De l’abbaye ou elle fut inhumée, à la colline où se dresse aujourd’hui le Panthéon. L’abbaye d’origine est tombée en ruine il ne reste aujourd’hui que quelques bâtiments qui constituent le lycée Henri IV, son clocher que l’on nomme la Tour Clovis est toujours debout. A proximité se trouve l’église Saint-Étienne-du-Mont où la Châsse de Sainte-Geneviève y est conservée. Restons sur cette fabuleuse montagne et profitons un peu de Lutèce. Sur le mons Lucotitius, il est possible de trouver les traces de ce passé antique comme les Arènes de Lutèce, un fragment d’un mur du Forum (caché dans un parking) et plus impressionnant encore les Thermes. Du moins une partie qui subsiste encore de nos jours dont la partie la plus impressionnante (selon moi) est celle qui se trouve dans l’enceinte du musée Cluny.

Vue depuis le Panthéon sur le sommet de la montagne Sainte-Geneviève.
Un dimanche comme un autre. Partie de pétanque dans les Arènes de Lutèce.
Partie nord des thermes. Musée Cluny.

 

Les églises parisiennes

Bien entendu de nombreuses églises parisiennes rendent hommage à Sainte-Geneviève. Peinture, fresque, chapelle.. autant d’œuvres qui évoquent la patronne de Paris. C’est le cas l’église Saint-Sulpice  avec sa tour inachevée, ses bénitiers de toute beauté, ses peintures de Delacroix et son fameux gnomon, ou encore Saint-Eustache intimement liée aux Halles, mais aussi Notre Dame de Lorette et bien d’autres.

Eglise Saint-Sulpice
Bénitiers de Pigalle
Eglise Saint-Eustache quartier des Halles
Notre Dame de Lorette dans le 9ème.

Statues

De nombreuses statues représentent Geneviève. Du Jardin du Luco (Luxembourg) à l’Hôtel de Ville, partir à leur découverte offre un jeu de piste ludique à travers la capitale. La plus belle, la plus impressionnante, la plus tout est sans aucun doute la statue du pont de la Tournelle. Pour la petite anecdote cette statue haute de plus de 5 mètres, installée sur un socle de 14 mètres est l’œuvre de Paul Landowski (le Christ Rédempteur de Rio c’est lui). L’artiste souhaitait installer Sainte-Geneviève tournée en direction de Notre Dame ce qui lui a été refusé. A place, la patronne de Paris regarde vers l’est en direction des troupes d’Attila. Je trouve ce second choix plus judicieux, plus évocateur mais l’artiste déçu à boudé l’inauguration de son œuvre qu’il a qualifiée de ratée. Elle est impressionnante par sa hauteur d’une part et par sa symbolique. Le regard tourné vers l’envahisseur qui n’a pas osé s’attaquer à sa cité, l’enfant qu’elle enlace de ses mains protectrices représente Paris alors toute jeune. Cet enfant tient lui même dans ses bras un bateau. Fluctua Nec Mergitur. 

.

Pour info, Sainte-Geneviève est aussi la protectrice de Nanterre sa terre natale et des gendarmes. Depuis environ 1600 ans Paris est sous la bienveillante protection de Sainte-Geneviève. J’ai lu il n’y a pas longtemps un article du Point qui évoquait l’annulation de la possession annuelle de la Châsse de Sainte-Geneviève pour des raisons évidentes de crise sanitaire. Le titre de cet article: « Sainte Geneviève, éloigne de nous la pandémie. Nous t’en prions »

 

 

 

 

 

12 réflexions sur “Sainte-Genevieve patronne de Paris

    1. C’est donc toi ? hé hé !
      Avec « Sabrina » tu imagines ce que j’ai subi dans les années 80? A choisir j’aurais préféré « Geneviève » la combattante que l’aut’ bimbo dans sa piscine. Je ne savais pas pour la Belgique, merci Geneviève. Je t’embrasse.

      Aimé par 1 personne

      1. Pour Sabrina, je ne vois que Audrey Hepburn et Humphrey Bogaert, dans le film du même nom, repris récemment par l’actrice, Julia Ormond et Harrison Ford dans les mêmes rôles. J’ai vu les deux versions et je préfère la première et l’originale. Audrey Hepburn est si délicieuse dans ce film avec de bien jolies robes comme d’habitude. Bises.

        Aimé par 1 personne

  1. Super article très instructif ! En plus ça parle du quartier de Paris que je connais le mieux alors cela ne pouvait que me faire plaisir ! Es-tu entrée à Saint-Etienne-du-Mont ? Cette église est magnifique !

    J'aime

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s