Le Procope

A l’occasion de ce nouveau mois pour le collectif #EnFranceAussi nous retrouvons Pierre de Mon Grand Est qui prend les rênes de décembre avec le thème

(Le Siècle des)Lumières

.

Le rendez-vous #EnFranceAussi est  instauré par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, il a pour but de (re) découvrir les richesses que nous offre ce superbe pays qu’est la France.

C’est à cette occasion je vous propose un café et vous donne rendez-vous dans un lieu historique au cœur de Saint-Germain des Près dans le 6eme arrondissement.

Le Procope

.

 « Ce café n’est point orné comme les autres de glaces, de dorures et de bustes, mais il est paré du souvenir de Grands Hommes qui l’ont fréquenté et dont les ouvrages en couvriraient les murs s’ils y étaient rangés.»
Camille Desmoulins

Son histoire liée au Siècle des Lumières

Situé rue de l’Ancienne Comédie, il a également une entrée coté Cour du Commerce Saint-André des arts où se trouve sa jolie terrasse. Réputé comme étant le plus ancien café de Paris, et l’adresse que fréquentaient les grands noms du Siècle des Lumières.  le Procope a ouvert ses portes en 1686. Remontons un peu le temps pour en apprendre davantage.
Francesco Procopio dei Coltelli est Sicilien, il arrive en France en 1670 après de bons et loyaux services chez un cafetier arménien, il rachète en 1686 un établissement, un (autre) café qui se trouve rue des Fossés-Saint-Germain, aujourd’hui rue de l’Ancienne Comédie. Le Procope est né. Ou plutôt devrions nous dire, El Procopio. Les membres de la Comédie Françaises (voisine du café à l’époque) et les hommes de lettres s’y retrouvaient pour déguster cette nouvelle boisson venue d’Orient, si chère à Balzac, le kawa.
Dans ce café où la décoration réalisée avec soin y est raffinée et luxueuse, se donnaient rendez-vous l’élite. C’est ici que  Diderot et d’Alembert ont rédigé des articles de L’Encyclopédie. Cet ouvrage de tous les savoirs fut pensé à l’une des tables du Procope. Cet établissement est ainsi lié au Siècle des Lumières où l’évolution de la pensée et l’évolution des mœurs faisaient leur bonhomme de chemin. Où savoir, connaissances et instruction prennaient  le pas sur l’obscurantisme.

.
.
.
.

Son illustre clientèle

Diderot, d’Alembert, Voltaire, Montesquieu, Rousseau qui ont contribué à nous délivrer de l’ignorance et nous guider vers la liberté étaient des habitués. Mais Le Procope a aussi connu les heures sombres de la Révolution et d’autres habitués célèbres. Marat grande figure de la Révolution dont le journal L’ami du peuple était imprimé tout près du Procope dans la cour du Commerce Saint-André des arts. Danton et  Robespierre s’y réunissaient également.

Les siècles passent, d’autres visages viennent s’installer régulièrement au Procope: Verlaine, Victor Hugo, Alfred de Musset et George Sand y créent on s’en doute  une autre ambiance.

.
La table des Penniello
.
.
.
.
.

Anecdotes:

-C’est au Procope que fut inauguré le port du bonnet phrygien
-Bonaparte qui ne pouvait payer la note laissa son chapeau en gage. Fièrement exposé en vitrine.
-Dans la Cour du Commerce Saint-André des Arts, coté terrasse étaient effectués des essais sur la guillotine. Pour tester son efficacité, on y guillotinait des moutons.
-C’est dans l’un des salons du Procope que fut décidée l’attaque du palais des Tuileries le 10 août 1792.
– Benjamin Franklin y prépara le projet d’alliance de Louis XVI avec la nouvelle République.
-La table de voltaire qui y est conservée a servi d’autel pour ses cendres ainsi que pour les cercueils de Lepeletier et Marat.
– Citoyen et citoyenne sont affichés sur la porte des commodités.

.
.
.

Aujourd’hui

Depuis 2011 le Prix Procope des Lumières récompense l’auteur d’un essai politique, philosophique ou sociétal, écrit en langue française.
Sa célèbre façade bleue, son toit et ses balcons en fer forgé, sont inscrits aux monuments historiques.

.
.

Les murs de ce lieu exceptionnel où des décisions historiques ont été prises abritent des souvenirs d’une valeur inestimable: Lettres de grands écrivains, bicorne de Napoléon, table de Voltaire, restes du papier peint ..Nous plongeant dans une ambiance feutrée très parisienne et chargée d’Histoire. Le Café est devenu un restaurant. L’après midi, une salle est consacrée au salon de thé. Les tarifs ne sont pas excessifs et l’accueil est très chaleureux. Classe mais pas trop et c’est tant mieux. Bébé Tom a eu sa grenadine et nous nos chocolats viennois délicieux.

.

Comme chaque mois nous offrons grâce aux Editions Gallimard l’occasion de gagner un guide voyage. Ce mois-ci Lyon est à l’honneur.

.

Pour tenter votre chance il  vous suffit de laisser un commentaire ici ou sur un autre blog participant à l’opération et le mentionner aussi sur la page Facebook de #EnFranceAussi (en indiquant le blog sur lequel vous avez laissé votre commentaire). Avant le 31 décembre !

 

 

6 réflexions sur “Le Procope

  1. Magnifique ! Et dire que je ne suis jamais monté au 1er étage… heureusement tu l’as fait pour moi avec ces photos 🙂
    Merci Sabrina pour ta participation lumineuse ! 💡… et à bientôt en 2020 pour le prochain RV 👋🏻

    J'aime

Tu veux mettre ton grain d'sel ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s